NAVIGATION

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (V.2 underco) you are (not) free. #elliot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elliot Spark
Messages : 260
Disponibilités : 7/7

Feuille du perso
Race: Humain.
Age: 23
Double/Triple compte: perfect Judith
avatar
Civil

MessageSujet: (V.2 underco) you are (not) free. #elliot   Ven 19 Juin 2015 - 18:45

YOU'RE LUCKY BOY.

Nom : Spark (le -s est muet, d'ailleurs) • Prénom : Elliot • Surnom : Elly • Age : 23 ans  • Sexe : M • Orientation Sexuelle : Indéterminé (il est accroc à  une blonde, je ne vous le cache pas) • Statut Social : Moyen • Métier  : Barman + ancien dealer & ancien tueur d'hybrides • Groupe : Oppresseur, mais ça va bouger + civil • Origines & nationalités : Britannique & Français
Ton surnom puff ? Pride + Renard • Avatar : Nico Di Angelo - Percy Jackson • Comment as-tu découvert le forum ? Par Libre Graph'. • Tu le trouves comment ? Tu as des idées pour l'améliorer ? Faire en sorte qu'on puisse supprimer nos posts nous-même parce que j'ai l'air d'une shizo' sur ma fiche de liens. Ah, supprimer le texte "édité xx fois" parce que c'est chiant et que ça ne sert à rien. Ça me perturbe un max. • T'es le DC de quelqu'un ? Joyce, sauf qu'elle est venue après. • Tes disponibilités ? idk. • Autre chose : Je m'excuse d'avance à celui qui lira cette fiche, parce que je me suis éclatée et que j'ai pas la foi de corriger. • Code du règlement :

À quel pouvait-il ressembler à un adolescent ? À beaucoup, n’est-ce pas ? Déjà qu’il ne prend absolument pas soin de lui, ça se voyait clairement dans son physique qu’il ne faisait que découvrir ce monde gigantesque des adultes. Il a 23 ans, oui. Tu dirais pourtant qu’il en a quinze seulement, ironie du sort. Dame nature ne nous donne pas la croissance à tous, ni pour bien longtemps.

Il est quelqu’un de banal, il est quelqu’un que l’on croise tous les jours, il est lui-même. Elliot. C’est juste un gamin qui pense vous intimider du haut de son un mètre soixante. Alors que, pas du tout. Jamais tu n’auras peur face à lui. Ses cheveux ébouriffés, jamais coiffés sont toujours d’une couleur noiraude. Il est brun, juste que c’est assez foncé pour être beaucoup trop proche du noir. Alors on oublie sa couleur, à la base, et on préfère ne pas faire attention aux détails. Et tu poses ton regard dans le sien. Un regard noir, un regard triste, un regard plein d’émotions, un regard qui te montre son âme. Un regard qui le trahit, aussi. D’une couleur obscure, autant que la nuit. Il te montre sa tristesse et sa détresse qu’il tente de cacher avec le reste de son expression restant totalement impassible. Les yeux sont le miroir de l’âme, dommage pour lui.

Et quand tu le regardes, quand tu regardes la manière dont il s’habille, c’est quelque chose de banal aussi. Il aime les vestes en cuir, il aime les t-shirt avec des motifs –surtout des têtes de morts- et il aime les converses. Ça va, ce n’est pas trop inhabituel de ce que l’on peut voir tous les jours. Il est banal, voyons. Tu le sais, et ça ne t’étonne pas. Bien qu’il cache des couteaux suisses dans ses poches, pour mieux mutiler, lui et d’autres personnes.

D’ailleurs, il a un peu de force mais c’est assez caché pour rester indiscernable. C’est une lavette. Il n’a aucun muscle, il est maigre, il est petit. C’est juste quelqu’un qui cache bien son jeu, même physiquement.
Tu le vois de loin, de son regard glaçant se posant sur toi. De ses pupilles qui te terrorisent mais de sa taille qui le décrédibilise. Tu ne sais pas quoi penser de lui parce qu’il est trop instable, beaucoup trop étrange et beaucoup trop dur à comprendre. Il est un oxymore à lui tout seul, il est un paradoxe à lui tout seul. Personne n’arrivera à le comprendre alors que ce n’est pas difficile, au fond. Il s’agit juste d’un gosse qui a une enfance à rattraper, d’un gosse un peu trop perdu qui a besoin d’aide. Ce n’est qu’un enfant, voyons.
Pardonnez-lui, il ne sait pas ce qu’il fait.
Ça, c’était un remixe des dernières paroles de Marie-Antoinette, parce que j’aime les références stupides. Ceci n’étant pas le sujet.

Il te dévisage, il te regarde de bas. Tu ne sais que dire face à ça. Il fond en larmes, il n’arrive pas à rester calme. Elliot, c’est l’impulsivité personnifiée. Il pleure pour sa misérable vie, il déprime mais il arrive à rester froid. Il tente de se remettre en question mais ça ne marche pas. Il voudrait tout refaire, tout recommencer. On ne se refait pas.

Il est illogique. Il est le Roméo de sa bien-aimée mais il voudrait pouvoir la tuer. Tout comme il voudrait le retrouver pour la prendre dans ses bras et ne plus jamais la quitter. Il la veut près de lui tout comme il la veut dans sa tombe. Il veut la tuer parce qu’elle est devenue une hybride, il veut abréger ses souffrances en jouant les égoïstes. Elle ne voudrait pas de ça. Alors il continue de te faire autant pitié parce que la chamboule et qu’il ne sait plus à quoi penser.

Pourtant, Elliot est gentil et sait à quoi penser. Il sait calculer, il sait jouer au traitre. Elliot, il a trahi pas mal de gens et continuera encore. Il change d’avis, il tente de redevenir quelqu’un de normal alors il continue. Après les dealers, serait-ce les oppresseurs ? Très certainement !

Malgré ça, il est protecteur, il est adorable. Il ne cessera de tenir ses promesses même si il a du mal à le faire. Il ne cessera de protéger les gens qu’il aime bien. Il est comme ça, avec très peu de personnes. Il fera passer le bonheur de certains avant le sien, tout comme le malheur d’autres avant le sien.

Elliot, il est dur à comprendre mais ce n’est pas impossible. Il est juste trop réservé et trop changeant pour essayer.


elly & jade.


« ANOTHER LOVER HITS THE UNIVERSE. THE CIRCLE IS BROKEN. BUT WITH DEATH COMES REBIRTH. AND LIKE ALL LOVERS AND SAD PEOPLE, I AM A POET. »


Dernière édition par Elliot Spark le Lun 29 Juin 2015 - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot Spark
Messages : 260
Disponibilités : 7/7

Feuille du perso
Race: Humain.
Age: 23
Double/Triple compte: perfect Judith
avatar
Civil

MessageSujet: Re: (V.2 underco) you are (not) free. #elliot   Ven 19 Juin 2015 - 18:45

On ira tous au paradis foutre l'enfer.

Marchons tous ensemble, main dans la main. Tournons en cercle et regardons le ciel bleu. Chantonnons une petite chanson. Continuons notre geste. Une vie habituelle qui se déroulait dans cet endroit immaculé de blanc que l’on pouvait nommer « hôpital ». Spécialisé pour les enfants, surement. Allez savoir de quoi ils étaient malade, tout ce qu’on savait, c’est que certains n’avaient rien et que presque tous étaient étrangement orphelins pour les mêmes raisons. Les médecins semblaient tous distants, sans exception. Les pensionnaires étaient limite dans des chambres de prison, un tout qui faisait froid dans le dos. Malgré tout cela, ceci était devenue une habitude pour eux tous.
• « Hey, regardez le nouveau, il a pas l’air sympa. Vous avez vu son regard ? »
• « Jimmy a raison, on ferait mieux de l’éviter… Bien qu’on est tous un peu comme ça. Vous croyez qu’il a quoi comme maladie ? »
• « Chut ! Pas si fort, il va entendre. En tout cas, on devrait peut-être tenter de lui parler pour voir. »
La réaction des diverses personnes que pouvait entendre ce fameux petit nouveau. Il avait tout juste neuf ans. Un regard impassible gravé dans ses pupilles et des cheveux d’ébènes avec une coupe de cheveux assez particulière. Le dit Jimmy, un jeune roux qui semblait être considéré comme le leader de l’hôpital, s’approcha de lui avec derrière lui une petite fille plus jeune qui lui. C’était eux deux qui avaient causé plus tôt. Le rouquin lui tendit la main que le brun fixa sans comprendre ce geste.
• « Vas y, sert là, elle mord pas ! Moi c’est Jimmy, j’suis le plus vieux étant encore ici. Les autres étant mort. Et toi, c’est quoi ton nom ? »
• « Elliot. »
Il lui serra la main. Une poignée qui restera sans aucun doute gravée dans leurs mémoires à tout les deux. Elliot, un nom d’origine anglaise, d’après lui. Il avait le surnom « Elly » qu’il haïssait mais dont il s’habituait au fur et à mesure. Ce jeune nouveau sera sans aucun doute le héros de cette histoire.
Pour une fois, les apparences n’étaient que peu trompeuses. Il fallait dire que Elliot avait une sorte de phobie sociale. Il n’aimait pas s’attacher aux autres vu la mystérieuse mort de ses parents et de tous ses amis qui étaient potentiellement coupable. Elliot aussi était là mais ayant subis un léger lavage de cerveau, il n’a que très peu de souvenir. Il n’aimait pas parler aux autres et encore moins parler de lui. Même si Jimmy le forçait un peu. Il commençait à comprendre le fonctionnement de cet endroit, à comprendre pourquoi il était ici et a comprendre pourquoi il avait des souvenir erronés. Il comprenait aussi les sens du mot « mort » lors de sa rencontre avec Jimmy. Il découvrit tout ceci. En vérité, tout les défectueux qui avaient des soupçons étaient tué par des hybrides laissés affamé juste pour ce moment. À ce moment précis, Elliot avait regardé Jimmy d’un œil différent et pour la première fois, Elliot sourit. Un sourire de pure tristesse, évidemment. Il le sentait, il le savait, il en était sûr. Jimmy le savait, il était au courant et se serait sûrement bientôt son tour.
• « Tu sais Elliot, j’suis content de te voir sentimental pour une fois, après tout, t’es comme mon meilleur pote ! »
• « Tu vas y passer comme les autres ? »
C’était une des rares questions à ne pas poser. Une des plus difficiles à répondre. Une des plus cruelles dans son sens. Il manquait tout de même un mot à l’intérieur, un mot qui ferait bien réfléchir, un « vas-tu mourir » effacé dans ce tas d’incompréhension. Le plus cruel était qu’il l’avait prononcé d’une manière si habituelle. De la même manière qu’il disait le reste, tout en froideur. Cependant, il y avait ce regard triste et ce sourire disparu. Montrant, une nouvelle fois, ce même visage.
• « On y passera tous, hey… Prend ma place de chef ! Les autres ont besoin de quelqu’un qui est au courant de tout et surtout, quelqu’un d’aussi fort. Prend soin de la petite aussi. »
• « Sorry, my friend. Je ne suis qu’un lâche qui doit jouer le mouton, pas le berger. »
• « Non, plus que ça… T’es supposé jouer celui qui va capituler si facilement alors qu’un trafic se passe ? »
• « Alors, je vais te poser une question. Que pensais-tu faire en découvrant tout pour que cela soit dénoncé ? »
• « Pour quelle raison on t’a amené ici ? »
• « Problème psychologique. »
Le roux ne fut même pas étonné. Il le pensait aussi, que c’était ça. Il était tellement étrange mais plus que ça, il avait tout su en supposant la moitié des choses et avait pensé à toutes les possibilités pour s’échapper. Il parlait quelque peu l’anglais –que les bases. Il n’avait pas l’air d’un enfant mais plus d’un adulte. Savoir qu’il était supposé n’avoir que neuf ans restait du à avaler si on retirer sa taille de ce fait et une petite bouille ronde. C’était comme dire « Cette pomme est rouge » alors qu’elle était verte. La logique était rompue, Jimmy l’avait compris. Elliot avait vécu beaucoup trop d’horribles choses dans ce monde et était surement un de ses surdoués dont on entend souvent parler. Qui l’aurait cru ? Pas eux en tout cas. Même le brun ne le pensait, il se sentait juste détraqué et complétement différent des autres. Savoir que quelqu’un l’avait accepté au point d’être son confident et son futur remplaçant le rendait beaucoup plus réservé. Il n’en avait pas l’habitude et ne l’aurait sûrement jamais. Le monde extérieur l’effrayait, et voilà qu’il avait appris toute cette histoire, quoi de mieux que de tout faire pour entrer dans cet hôpital que de trouver un simple moyen pour faire croire à un suicide de la part de ses parents. En effet, Elly les avait empoisonné, ses deux parents. Ô tristesse, que cet enfant ne recommence plus. Pourtant, ceci n’était pas dans ses projets. Loin de là, après avoir tout découvert, il faudra bien faire le ménage de tous ses médecins qui manipulaient tout les autres enfants. Jimmy était leur pilier. La force qui les aider à se relever. Le monde est horrible mais c’est parce qu’il l’est qu’on le trouve magnifique. On doit se battre pour vivre, on doit gagner pour survivre, on doit perdre pour mourir mais jamais… Jamais, nous devons abandonner. L’abandon serait sûrement la dernière chose à faire.
Retournons au paradis, là où nous créerons l’enfer. Du feu, des flammes, un piquet. Trois jours plus tard, exécution publique de Jimmy Stafiled venant de l’hôpital de Azkaban. Dans la cours de cet hôpital sont convié tous les patients. Ils avançaient tous vers l’endroit, le regard vide et cachant leurs paniques. Leur grand frère allait disparaître. Vous souvenez-vous de cette pauvre petite fille ? Elle ne comprenait pas la situation. Elle tremblait de tout son être, ses longs cheveux de feux tombant sur ses épaules. Elliot la regardait, il s’approcha et fit un geste assez étonnant pour sa personne. Il l’a prit dans ses bras, la serrant contre lui pour tenter de la rassurer. C’était un geste amical qui lui fit écarquiller les yeux pour finir par les refermer et arrêter de trembler.
Boum ! Et une tête de pendue. Si seulement le monde pouvait voir cette horreur et arrêter les coupables. Le pauvre Elliot se sentit néanmoins coupable de la mort de son ami et le seul souvenir qu’il gardera de lui sera de prendre soin de cette pauvre fille dont il en ignorait même le nom. Il se devait bien de la protéger bien que la question « comment » ne manqua pas de lui traverser l’esprit. Ils étaient tous avec une épée de Damoclès au dessus de leurs têtes. Personne n’était là pour tenter de changer les choses et le brun le savait. Il le savait tellement bien mais c’était beaucoup trop dur à comprendre et à avaler. Il devait tenter quelque chose mais tout ce qu’il pouvait faire était regardé son ami étouffer en se laissant pendre. Jimmy aurait sûrement voulu une révolution. La mort n’effrayait plus Elliot en cet instant. Rien ne pourrait le guérir de ses quelques troubles manteaux et il mourrait forcément en restant ici. Il fixa la petite, la poussa en lui disant de fuir et se lança dans un discours. Une vengeance, une vendetta cruelle et sanglante comme elle est dite dans V pour Vendetta. Mais cette idée ressembler plus à une révolution, c’est le peuple qui décide après tout. Le peuple doit se lever, il doit affronter l’ennemi mais personne n’est là pour y aider. Tout le monde a peur mais il faut parfois savoir surmonter ses peurs. La peur n’est qu’un fardeau. C’était ça, son idée, relever le peuple tel qu’il se doit.

On se revoit dans une autre vie ?

Une rébellion. Allez, joignons nos mains et devenons plus fort. Nous sommes plus, nous sommes des gamins, nous sommes encore assez agile et rapide pour ça. Nous n’avons pas la force mais nous avons la malice. Nous n’avons pas les plans mais nous avons l’imprévisibilité. Nous sommes donc presque imbattables vu notre nombre. Voilà, tout le monde se mit à courir vers le réfectoire, Elliot en premier. Trouver un couteau pour sauver son ami était la première des choses à faire et il y tenait. Il voulait lui montrer son chef d’œuvre. En revenant sur les lieux, il se mit à pleurer. Un corps mort était devant lui et plus personne ne pouvait le sauver. C’était un destin bien maudit pour eux. Il entendit des cris. Certains se faisaient piquer mortellement comme punition de trahisons. Elle était là, elle le regardait, son cœur se mit à battre pour lui. Elle ne voulait pas qu’il meure. Cette petite gamine l’aimait, elle aimait Elly. Il l’a vu. Il s’approcha et lui tendit sa main.
• « Ton ami m’a dit dans ses derniers mots de prendre soin de toi, je pourrais savoir ton nom ? »
• « T-Tu as l’air froid. »
• « Je ne suis pas doué pour ça… »
• « Je suis Lizzie »
Elle lui avait dit son nom. C’était le même que le diminutif de Elizabeth. Elle devait avoir peur mais elle était aussi rassurée d’avoir quelqu’un sur qui elle pourra compter. C’était un cadeau laissé par un défunt, pour son meilleur ami, un beau geste de la part de ce dernier d’avoir accepté. Elle avait l’air heureuse, ses fins cheveux blonds qui tombaient sur ses épaules. Cependant, un infirmer arriva et tira, avec son pistolet, sur elle. Elly se mit devant elle par reflexe et se prit la balle dans l’estomac. Elle pleurait. Le brun sentait ses forces le quitter et des goutes salés, de Lizzie, tomber sur lui. Cette révolution avait pris fin sur la mise en hôpital du déclencheur et la démolition de l’endroit clos. Ça avait dérivé en meurtre mais un réel meurtre. Cependant, la vie du brun était encore dure à estimer. Personne ne savait si il allait vivre ou mourir, la blonde ne voulait pas perdre un autre être lui étant chère. Personne n’aura vraiment su les mystères de l’endroit sauf lui. Il était plongé dans un long coma. Lizzie fut vite envoyé dans une famille d’accueil qui accueillera aussi Elliot, si jamais il se réveil. C’était toujours quelque chose d’indécis mais Lizzie savait que malgré tout, elle penserait toujours à lui et savait que l’inverse serait également possible.
Deux ans plus tard. Une annonce parue dans les journaux : un jeune garçon se serait éveillé au bout de deux années et trois mois d’un long comma. Une petite tête blonde fut réjouie de la nouvelle ! Il était écrit qu’il aurait participé à la rébellion d’un hôpital après la mort de son ami et qu’il sera mis en interrogatoire juste après sa rééducation. Il devait encore attendre de réapprendre à marcher avant de sortir, ce qui allait être assez rapide pour lui vu qu’il avait une bonne mémoire et un instinct qui le guidait. Elliot, Elliot, tu l’as trop fait patienter, dépêche-toi, elle t’attend. Le brun sortit de l’hôpital, les cheveux qui avaient poussés. Il alla au commissariat où il raconta toute cette histoire. Cependant, ils riaient. La police n’y croyait pas. Ils disaient que les hybrides qui auraient tués d’anciens patients ne pouvaient le faire vu qu’ils étaient maintenant l’esclave des hommes. Elly n’y croyait plus. Il se disait bien que quelque chose avait changé dans la rue. Ils étaient considérés comme des animaux. En y repensant, Elliot trouvait l’idée étrange sur la mort de Jimmy. Ils auraient alors envoyé juste les cadavres ? Et sûrement camouflé des disparus comme ça. Tout était devenu logique dans la tête du brun. Il quitta donc les lieux pour aller manger quelque chose et découvrir sa nouvelle famille où Lizzie l’attendait. Il fixait les magasins et tout le reste, c’était devenu un vrai zoo. Pourtant, c’était attaché en laisse qu’il l’a revu. Il reconnaîtrait ses cheveux blonds entre milles ! Elle aussi, elle l’avait reconnu et lui fit un sourire, bien que rempli de tristesse. Il prit donc sur les économies de ses parents pour s’acheter un magazine parlant de ses hybrides et y découvrait les infectés. Lizzie avait sûrement dut en faire partie et capturé par la suite. Elly jeta le magazine sur le sol, énervé. Il devait tenir sa promesse et trouvera le moyen de changer ce monde. Il était bien trop cruel et personne ne le voyait, ils étaient tous habitués ou quoi ? C’était bien ce qu’il se disait intérieurement. Il était malheureusement trop jeune pour faire quoi que ce soit et il savait qu’il ne pourrait sûrement sauver que sa protégée. Il reprit donc chemin vers cette fameuse maison. Arrivant devant, elle semblait bien mignonne et accueillante mais c’est lorsqu’il appuya sur la sonnette qu’il crut que son cœur s’arrêterait en voyant cette vue d’horreur et d’abomination. Elle lui avait ouvert la porte. Elle semblait si obéissante face à ses maîtres. Il entra sans dire bonjour ou plutôt… En le disant à sa manière. Il serra son poing et l’enfonça assez fort dans le ventre du père. Il voulait qu’il n’oublie jamais cette douleur et qui devait sûrement être beaucoup moins forte que ce qu’il ressentait actuellement.
• « Tu dois sûrement être le petit nouveau, Elliot. Allez, calme-toi ! » Dit-il en plaisantant.
• « Vous avez… Vous avez touché Lizzie, salop ! »
Elliot était vraiment en colère. Ce n’était pas son genre mais il y avait des limites à la provocation. Il n’avait plus envie d’écouter quoi que ce soit jusqu’à qu’il sente la main de sa protégé sur son épaule. Il l’entendit dire « C’est bon, tout va bien » alors que ce n’était pas vrai. Il se calma, pourtant. Elliot enleva son poing et se mit à serrer les dents. Il ne laissa même pas échapper un seul mot d’excuse. Il aimerait pouvoir changer ça, il aurait tellement voulu pouvoir se lever plus tôt et éviter tout ce qu’il s’est passé. Il aurait même voulu rester dans cet endroit clos même si il saurait qu’il aurait été tué un jour. C’était mieux que rien, c’était mieux que tout ça, c’était mieux que de la voir ainsi. Il avait de la peine, pour elle.

Tu hantes mes songes.

Cela faisait combien de temps ? Depuis combien de temps est-ce que le temps avait tourné et qu’il était là ? Depuis une semaine. Une semaine de souffrance, une semaine d’abomination. Elliot la regardait chaque jour. Elle tentait de faire en sorte qu’il lui donne des ordres mais tout ce qu’il faisait, c’était l’aider dans ses tâches. Il avait tout raté, sa promesse avait disparue à jamais. Ça devenait beaucoup trop dur mais il n’avait pas le choix. Il souffrait en silence et il pleurait la nuit, dans cette infâme maison. Il se demandait bien pourquoi est-ce qu’ils avaient décidé de l’héberger ? Peut-être était-ce elle qui leurs avait demandé ? Elle était douce et adorable, un ange venu des cieux. Elliot, il commençait par devenir dingue. Fou de rage, fou d’elle. Il commençait à sombrer du côté de la haine, mais aussi du côté de l’amour ? C’était drôle tellement c’était improbable. Il ne savait même pas ce qu’il pouvait ressentir. Il sentait juste le besoin de la sauver parce que c’était son devoir et que, donc, il le devait. Lizzie était tout pour lui, absolument tout ce qu’il lui restait et on y avait touché. Elly était égoïste envers ce qui lui appartenait. Il se souviendra toujours de son sourire lorsque son ami était mort, un sourire de confiance pour lui dire qu’elle est d’accord de rester auprès du brun. Alors… Pourquoi ? Tout était donc impossible, devait-on à ce point abandonner ses devoirs parce que ce monde est détraqué ? Il souffrait, c’était tout. Le silence est d’or, sauf que là il était bien plus qu’un simple outil. On pouvait même dire qu’Elliot rêvait d’une autre réalité où aucune balle ne l’aurait traversé et où il aurait pu la protéger.

Dommage que ce soit impossible. ERROR 404

Sa tête tournait, sa vision de troublait, tout devenait flou. Ce monde si net était en train de disparaître, de devenir si sombre, si noir. Plus rien ne répondait, il était tombé sur le sol, restant toujours en silence. Il ne respirait plus, il était devenu totalement inerte pendant quelques secondes avant de retrouver son souffle, restant toujours inconscient. Apparemment, il aimait tomber dans les pommes, vu le nombre de fois où cela arrivait. Ça en deviendrait limite banal mais toujours aussi désagréable. C’était normal. C’était logique. Il était un peu comme blanche-neige, là, sur un lit d’hôpital.

Une main entrelacée avec la sienne, il la sentait. C’était elle ? Très certainement. Elle était là, elle pleurait pour lui, elle s’inquiétait pour lui. Elle arrêtait ses devoirs pour rester auprès de lui. Rien ne lui ferait plus plaisir que ça. Dommage qu’il ne pouvait pas voir son beau visage. Le visage qui illuminait ses journées, ce rayon de soleil qui était entrain de le dégouter à force de la voir si souvent à genoux devant les autres. Elle était devenue une obsession pour lui. Dommage qu’actuellement, Elliot soit dans les bras de Morphée. Vraiment dommage.

Trois jours, trois jours venaient de passer. C’était beaucoup trop long, il y aura des repas à rattraper et du temps à repasser. Ça va, c’était assez pour qu’il sache encore marcher. Le contraire aurait été des plus désagréables. Elly devait faire quelque chose d’important, pour elle. Et il se réveilla sans qu’il n’y ait personne à son chevet. Il était déçu mais il n’y pouvait rien. Alors, il regardait le plafond en attendant que quelqu’un passe par là pour le remarquer et qu’il puisse sortir. Il espérait que sa nouvelle famille, qu’il refusait d’accepter, avait payé l’hôpital. Il n’aurait rien pour en dehors de sa propre vie.

Quelqu’un passa. Quelqu’un venait s’occuper de lui. Et le sir vint, et il pouvait rentrer. Quelqu’un avait déjà payé. Il pouvait retourner avec sa protégée. Il était impatient, il n’attendait plus que ça. Même si au fond de lui, il se doutait qu’elle devait faire le dîner ou un truc du genre, et ça l’énervait de le savoir, de le penser, de se dire qu’il va encore voir ça. Elliot voulait changer sa vie, la vie de Lizzie. Plus que tout. C’était sa Juliette et il serait son Roméo.

24 heures. C’était le temps qui venait de passer le temps du dernier paragraphe. 24 heures, c’était le temps qui venait de s’écouler après être retourné dans sa nouvelle demeure. Il venait d’y penser, d’ailleurs, il ne savait même pas pourquoi on les avait « adopté », enfin lui surtout vu que Lizzie était devenue un hybride entre-temps. C’était bizarre, c’était inhabituel et il ne comprenait pas. Ils ne l’avaient même pas connu et ne savaient pas à quel point il était chiant, le petit Elliot. Ça restait brouillon dans la tête de l’adolescent de comprendre pourquoi LUI. Et d’où. Normalement, il se serait retrouvé en orphelinat ou en foyer à attendre que ça se passe, qu’on le trouve ou finir seul. Peut-être qu’elle y était pour quelque chose. Ce serait bien plus logique et il n’y avait pas besoin de plus de réflexion que cela pour le comprendre. C’était un coup à n’y rien comprendre, au fond parce que pourquoi aurait-elle fait ça ? Elle le trouvait froid, bizarre, particulier. Une histoire de fraternité ?

Il l’aimait. Elliot était tombé dans ce cercle infini que l’on appelle l’amour.

Si un amant n’arrive pas, alors le cercle ne peut être brisé. Donc, il ne le sera jamais. Il ne savait pas comment il devait prendre en compte le fait que c’est grâce à elle qu’il ait un toit et qu’il peut rester à veiller sur elle. Dommage qu’il est de plus en plus dégouté et déçu de lui-même. Tombons tous ensemble.

C’était l’histoire d’un garçon qui pensait être sorti de l’enfer, c’était l’histoire d’un garçon assez naïf pour le croire. C’était un un garçon qui voulait juste revoir le véritable sourire et la liberté de sa bien-aimé alors qu’il se sentait totalement perdu et déboussolé. Il était bien mignon, mais il était bien horrible.

On ne se refait pas. Alors un beau matin, il alla à la porte de sa chambre, il l’ouvrit, il s’avançait. Elle dormait –vous imaginez rien de bizarre, je vous vois venir. Il s’assit juste sur son lit, à côté d’elle.

• « Pardonne-moi. Je ne pourrais pas tenir la promesse que j’ai faite. Il me reste encore un peu d’argent, hein ? »

Oui, il parlait tout seul. Il savait qu’elle avait le sommeil lourd et qu’elle ne pourrait pas l’entendre tout comme ça se voyait vu comment elle pouvait dormir.

• « Garde ton sourire, ce sera mon seul espoir de le voir encore et encore ! »

Il se leva. Repartant et s’arrêtant devant la porte. « Adieu. » Ça lui écorchait les lèvres de dire ça mais il en était obligé. Il récupéra un sac d’affaire et quitta la demeure. Il allait sûrement vivre dans la rue avant de trouver un bon endroit, ou… Il ne savait même pas. Il ne pouvait juste pas continuer de la voir ainsi. Ça le dégoutait, il avait de vomir rien qu’en y pensant.

Je pensais l'enfer plus sympa que ça.


UNDERCO, ÇA ARRIVE, HAHA



elly & jade.


« ANOTHER LOVER HITS THE UNIVERSE. THE CIRCLE IS BROKEN. BUT WITH DEATH COMES REBIRTH. AND LIKE ALL LOVERS AND SAD PEOPLE, I AM A POET. »


Dernière édition par Elliot Spark le Lun 29 Juin 2015 - 15:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanashimi Mugen
Maître de : Angel Howard & Aya
Messages : 429
Disponibilités : Dès que le Kana'Signal est activé.

Feuille du perso
Race: Humain
Age: 19 ans
Double/Triple compte: Eos Ygieis / Vincent Brooks
avatar
@ Twilight Eyes

MessageSujet: Re: (V.2 underco) you are (not) free. #elliot   Lun 22 Juin 2015 - 16:35

Elli... J'ai beaucoup à lire là. Je te hais ! D:
[...] [...] [...] [...] Mais attend, Iona est là pour ça, comme il est pratique d'avoir des modérateurs <3

PS: Iona, bonne lecture c:



Arigato Elliot-Sama pour cet avatar splendide :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merphis Yeften
Maître de : Katerina
Messages : 53
Disponibilités : Souvent

Feuille du perso
Race: Infectée veuve noire
Age: 32 ans
Double/Triple compte: Iona Stokey/Lilal
avatar
Infectée

MessageSujet: Re: (V.2 underco) you are (not) free. #elliot   Lun 22 Juin 2015 - 17:26

Je décède.

Oui. OUI!


Merci à Elliot pour ce magnifique avatar plein de swag <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot Spark
Messages : 260
Disponibilités : 7/7

Feuille du perso
Race: Humain.
Age: 23
Double/Triple compte: perfect Judith
avatar
Civil

MessageSujet: Re: (V.2 underco) you are (not) free. #elliot   Lun 22 Juin 2015 - 18:58

Si ça peut vous rassurer, la partie de l'histoire, là…… C'est la moitié. (((:
JE VOUS AIME AUSSI. Vas-y Kana', tu devrais lire ! C'est passionnant /pan
par contre, il doit y avoir des fautes immondes


elly & jade.


« ANOTHER LOVER HITS THE UNIVERSE. THE CIRCLE IS BROKEN. BUT WITH DEATH COMES REBIRTH. AND LIKE ALL LOVERS AND SAD PEOPLE, I AM A POET. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sébastian Casteliano
Messages : 17
Disponibilités : Aussi souvent que possible
avatar
Maître Méchant

MessageSujet: Re: (V.2 underco) you are (not) free. #elliot   Lun 22 Juin 2015 - 19:23

Sans doute, malheureusement mes nerfs risquent de laché D:



By  d r e α м e r ∞ (demoniac) de Weheartit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merphis Yeften
Maître de : Katerina
Messages : 53
Disponibilités : Souvent

Feuille du perso
Race: Infectée veuve noire
Age: 32 ans
Double/Triple compte: Iona Stokey/Lilal
avatar
Infectée

MessageSujet: Re: (V.2 underco) you are (not) free. #elliot   Lun 22 Juin 2015 - 20:38

Tu vas devenir mon ennemi numéro 1 juste pour ça U_U
JE COMMENCE A LIRE IMMEDIATEMENT


Merci à Elliot pour ce magnifique avatar plein de swag <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Bankai
Maître de : Keitaro
Messages : 620
Disponibilités : Plus en soirée et le WE

Feuille du perso
Race: Humaine
Age: 18
Double/Triple compte: Haruka/ Yuna
avatar
@ Force Douce

MessageSujet: Re: (V.2 underco) you are (not) free. #elliot   Mar 23 Juin 2015 - 20:36

C'est long à lire mais c'est super w/



Merci Yuka, Lairos et Pride:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mastersandnekos.forumactif.org
Staz
Maître de : //
Hybride de : Jade ♥
Messages : 52
Disponibilités : 7/7

Feuille du perso
Race: Mythique - démon.
Age: 18 ans.
Double/Triple compte: Nope.
avatar
@ Cornu

MessageSujet: Re: (V.2 underco) you are (not) free. #elliot   Mar 30 Juin 2015 - 17:24

J'ADORE. OKAY.



Merci Mélo ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (V.2 underco) you are (not) free. #elliot   

Revenir en haut Aller en bas
 

(V.2 underco) you are (not) free. #elliot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» ELLIOT Berger Mâle 6 ans
» The Détroit Free Press : Couverture complète des Wings
» The Imperial Gift FREE L5R Cards!&#8207;
» Clem Free, frère en service

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master & Néko V1 :: ~ GESTION DU PERSONNAGE ~ :: Présentations validées-